Pourquoi éviter la chirurgie lorsqu’on a mal au dos?

Le mal de dos, lorsqu’il devient chronique, peut rapidement devenir incapacitant. Par exemple, certains abandonnent leur sport préféré après une hernie discale. Les crises de douleur récurrentes sont souvent traumatisantes, et l’on vit avec la ..

Il ne faut pas oublier que la douleur est multifactorielle, et ne vient pas uniquement d’un problème biomécanique.
PARTAGEZ L'ARTICLE

Le mal de dos, lorsqu’il devient chronique, peut rapidement devenir incapacitant. Par exemple, certains abandonnent leur sport préféré après une hernie discale. Les crises de douleur récurrentes sont souvent traumatisantes, et l’on vit avec la peur constante que son dos va lâcher à un moment ou un autre. On consulte donc un neurochirurgien (ou orthopédiste, ça dépend) qui nous dit qu’il peut opérer notre dos. Une petite chirurgie pour enlever de la pression sur le disque qui comprime votre nerf. Ou une chirurgie pour fusionner vos vertèbres lombaires L4-L5 afin de stabiliser l’articulation et corriger l’instabilité lombaire. Certaines chirurgies utilisent même une technologie permettant de laisser de toutes petites incisions seulement. Bref, après tant de souffrance, pourquoi pas?!

 

Désolé, mais votre problème de dos est beaucoup plus complexe…

 

Laissez-moi partager dans cet article une liste de 5 raisons (non exhaustive)  expliquant pourquoi la chirurgie n’est pas aussi miraculeuse que l’on puisse penser (ou plutôt, espérer!):

 

chirurgie a éviter avec le mal de dos

 

1. La chirurgie ne corrige pas toujours la cause réelle de votre problème de dos

 

À première vue, on peut penser que ça va enfin régler le problème. Mais il ne faut pas oublier que la douleur est multifactorielle et ne vient pas uniquement d’un problème biomécanique. Après tout, si la douleur est apparue progressivement (comme la majorité des problèmes de dos!), on ne peut pas assumer qu’elle puisse disparaître aussi rapidement! Souvent, c’est parce qu’il y a des déséquilibres musculaires ou articulaires qui participent au problème (par exemple, des muscles du tronc trop faibles, des hanches trop raides, etc.). Ou alors, il y a des mauvaises habitudes posturales ou un surpoids marqué. Ou encore, on est trop stressé(e), ce qui accentue les tensions musculaires et rend le cerveau hypersensible à la douleur.

 

Et ça, croyez-moi, aucune chirurgie ne peut corriger ça!

 

 

2. La chirurgie n’est pas avantageuse à long terme

 

Il existe de nombreuses études qui démontrent que la chirurgie n’est pas nécessairement plus avantageuse que les thérapies «conservatrices» sur le long terme. (Chan et al 2011). Pire encore, dans certains cas rares, une chirurgie peut aggraver les douleurs et l’incapacité. On appelle ça le «syndrome de la chirurgie échouée»! N’oubliez pas non plus que la chirurgie permet uniquement de corriger l’anatomie du dos (par exemple par une décompression, ou en stabilisant les vertèbres par une fusion pour réduire l’instabilité). Si l’on identifie mal la cause du problème, il est fort probable que l’opération ne procure aucun bénéfice!

 

« Dans certains cas rares, une chirurgie peut aggraver les douleurs et l’incapacité. On appelle ça le «syndrome de la chirurgie échouée» ».

 

3. La chirurgie vient avec son lot de risques et de complications

 

« Logiquement, lorsque quelqu’un utilise un scalpel et toutes sortes d’instruments pour jouer dans votre dos, il y a des risques associés. »

 

Logiquement, lorsque quelqu’un utilise un scalpel et toutes sortes d’instruments pour jouer dans votre dos, il y a des risques associés. Bien que rares, les complications possibles sont les infections, thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire, dommage aux nerfs, etc. Évidemment, les bienfaits de la chirurgie sont supérieurs aux risques potentiels, sans quoi aucun médecin ne ferait d’intervention chirurgicale. Mais il faut quand même être certain que la chirurgie en vale le coup!

 

4. La chirurgie a des conséquences sur le corps humain

 

Imaginez que l’on vous fasse une chirurgie visant à fusionner deux vertèbres lombaires pour soulager votre mal de dos (par exemple en retirant le disque entre L4-L5 responsable de vos symptômes). Que pensez-vous qu’il va se passer avec les vertèbres sus-jacentes et sous-jacentes dans le futur? Vous l’avez deviné, elles seront sollicitées davantage pour compenser le manque de mobilité au niveau du segment fusionné. Ceci peut à la longue augmenter le stress sur ces vertèbres, qui peuvent développer des dysfonctions. Voici un des nombreux exemples démontrant un déséquilibre potentiel résultant d’une chirurgie…

 

5. La chirurgie encourage une attitude passive

 

Je dis souvent que c’est en adoptant une approche proactive que l’on va corriger son problème de dos. Si vous pensez qu’un médecin va tout régler pendant que vous êtes endormi sur une table d’opération, vous avez tort.

 

« Si vous pensez qu’un médecin va tout régler pendant que vous êtes endormi sur une table d’opération, vous avez tort. »

 

Maintenant, je peux comprendre que certaines personnes souffrent énormément et sont à court de patience. Il faut jongler entre son travail, son entourage, sa famille…et sa douleur. Par contre, sachez que la chirurgie doit être envisagée EN DERNIER RECOURS lorsqu’on souffre du dos! (sauf s’il s’agit d’une situation d’urgence et qu’on présente les symptômes décrits dans le blogue: Quand doit-on s’inquiéter pour son dos?). Ceci veut dire qu’il faut tout avoir essayé avant d’envisager cette option (médicaments, injections, thérapies conventionnelles et/ou alternatives, etc.). Et surtout, ne pensez pas qu’une douleur qui persiste pendant 2 mois est anormale et grave (pour les maux de dos, il est normal pour la douleur de prendre plusieurs mois avant de s’apaiser!).

 

Conclusion

 

J’espère que vous comprenez à présent pourquoi la chirurgie ne doit pas être envisagée d’emblée lorsqu’on souffre du dos (et ce, même si vos douleurs lombaires semblent sévères!). Fort heureusement, les chirurgies ne sont pas pratiquées aussi fréquemment que par le passé. En cas de doute, votre professionnel de la santé saura vous guider dans ce processus complexe.

 

 

Si vous désirez bénéficier d’une approche structurée, simplifiée et complète pour combattre vos maux de dos, une série de GUIDES EN LIGNE est mise à votre disposition. Peu importe votre condition, vous trouverez un guide qui répondra à vos besoins, et vous orientera vers le chemin de la guérison!

 

 

2 réponses sur “Pourquoi éviter la chirurgie lorsqu’on a mal au dos?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *