douleur au dos

Entorse lombaire : Chaud ou froid, comment choisir ?

L’entorse lombaire est une pathologie très fréquente qui se caractérise par un surétirement ou une rupture (partielle ou totale) d’un ou plusieurs ligaments situés dans le bas du dos.

Dans la grande majorité des cas, l’entorse lombaire survient lors d’un faux mouvement, d’où la dénomination « tour de rein ». Elle déclenche alors des douleurs importantes au niveau du bas du dos.

Pour apporter un soulagement, certains recommandent d’appliquer de la glace au niveau de la zone douloureuse, alors que d’autres conseillent l’application de chaleur…

Alors, faut-il appliquer du froid ou du chaud pour soulager une entorse lombaire ? Découvrez la réponse dans le présent article !

Énergie de Noël 🤶 Glaçon ou c...
Énergie de Noël 🤶 Glaçon ou cours d'eau limpide ? Que choisis-tu ?

Colonne lombaire : rappel anatomique

Avant de passer à la définition de l’entorse lombaire et de répondre à notre question (chaud ou froid ?), un rapide rappel de l’anatomie de la colonne lombaire s’impose !

Comme vous le savez, notre colonne vertébrale est constituée d’un empilement de 33 vertèbres séparées par des disques intervertébraux.

anatomie de la colonne vertébrale
Source

Pour assurer la cohésion de toutes ces vertèbres, de nombreux ligaments sont nécessaires. Nous vous en citons quelques-uns qui se situent au niveau lombaire :

  • Les ligaments longitudinaux antérieur et postérieur : ils s’étendent du crâne jusqu’au coccyx (sur toute la longueur du rachis) en reliant les parties antérieures et postérieures de tous les corps vertébraux.
  • Les ligaments intertransversaires droit et gauche : ils relient entre les vertèbres sur toute la longueur du rachis en passant par les processus transverses.
  • Le ligament supraépineux : il relie entre les vertèbres en passant par leurs processus épineux.
  • Les ligaments des articulations zygapophysaires : il s’agit d’épaississements au niveau des capsules des articulations vertébrales postérieures (facettaires).
  • Les ligaments ilio-lombaires droit et gauche : ils relient les processus transverses des 4ème et 5èmevertèbres lombaires aux crêtes iliaques (os du bassin).

À côté des ligaments, il existe un certain nombre de muscles rachidiens et lombaires qui, en plus de permettre certains mouvements (flexion/extension du tronc, torsion, inclinaison droite et gauche), participent à assurer la stabilité de cette région soumise à d’importantes contraintes.

Qu’est-ce qu’une entorse lombaire ?

On parle d’entorse lombaire, de « tour de rein » ou de «lumbago », lorsque l’un des ligaments (listés dans la partie rappel anatomique) est rompu (partiellement ou totalement) ou étiré excessivement. Cela survient généralement à l’occasion d’un faux mouvement.

lumbago sciatique entorse lombaire chaud ou froid

Le ligament le plus souvent touché lors des entorses lombaires est le ligament ilio-lombaire (qui s’étend des deux dernières vertèbres lombaires à l’os du bassin).

Pour plus de détails sur l’entorse lombaire, nous vous recommandons de consulter notre article complet en cliquant ici.

Quelles sont les causes de l’entorse lombaire ?

L’entorse lombaire est le plus souvent consécutive à un faux mouvement. Par exemple, lors du soulèvement d’une charge lourde du sol en se mettant dans une mauvaise position.

À LIRE :   Entorse lombaire : Traitements naturels et remèdes de grand-mère

Il arrive également qu’une entorse lombaire survienne suite à la réalisation de mouvements répétitifs du rachis lombaire, notamment chez les sportifs et certains travailleurs (professions physiques).

Par ailleurs, certaines personnes ayant un mauvais alignement entre le bassin et la colonne vertébrale sont plus susceptibles de présenter une entorse lombaire, car certains ligaments sont soumis à un stress plus important et finissent par se léser.

Quels sont les symptômes de l’entorse lombaire ?

Le principal symptôme de l’entorse lombaire est représenté par une douleur souvent intense au niveau du bas du dos. En général, cette douleur reste localisée à la région lombaire, mais il n’est pas rare qu’elle irradie vers le rachis dorsal, latéralement et vers le bas à la région fessière.

mal de dos
Source

En cas de douleurs donnant des irradiations dans le membre inférieur, il faut s’orienter vers une pathologie comprimant ou irritant le nerf sciatique (principalement la hernie discale lombaire).

L’entorse lombaire se manifeste également par des raideurs et des spasmes musculaires avec une difficulté à mobiliser le rachis sans déclencher des douleurs (dos bloqué).

Entorse lombaire : Chaud ou froid pour soulager les douleurs ?

Pour répondre à cette question, de nombreuses études scientifiques ont été menées. Certaines sont en faveur de l’application de froid, certaines recommandent plutôt la chaleur, d’autres estiment qu’aucune option ne présente de bénéfice… La réponse est donc bien plus complexe que ce qu’on croit !

Voyons donc de plus près par quels mécanismes agit le froid ou la chaleur pour réduire certains types de douleurs (telles que les douleurs d’une entorse lombaire) :

Effets du froid

Le fait de soulager une douleur en utilisant du froid porte un nom, on appelle cela la « cryothérapie » (thérapie par le froid).

Il faut savoir que les douleurs secondaires à des courbatures, des entorses, des déchirures ou autres traumatismes sont principalement le résultat de phénomènes inflammatoires, notamment la formation d’un œdème qui comprime les terminaisons nerveuses environnantes, transmettant au cerveau un message de douleur.

C’est justement pour lutter contre ces phénomènes inflammatoires et cet œdème douloureux que les médecins prescrivent généralement des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, voire des infiltrations de corticoïdes (les corticoïdes sont des puissants anti-inflammatoires).

Le froid peut également lutter contre l’inflammation locale en entrainant une vasoconstriction, c’est-à-dire une réduction du diamètre des vaisseaux sanguins. Ce phénomène physiologique va permettre de limiter la formation d’œdèmes (accumulation d’eau au niveau interstitiel, c’est-à-dire hors des vaisseaux) et d’hématomes (accumulation de sang au niveau des tissus) source de douleurs.

Il est important de préciser que l’inflammation n’est pas forcément une mauvaise chose ! En effet, il s’agit d’un phénomène physiologique (normal) très important qui permet, entre autres, la réparation des lésions tissulaires.

À LIRE :   Entorse lombaire : Temps de guérison (Durée et pronostic)

Il n’est donc pas question de supprimer carrément toute inflammation locale en cas de traumatisme. Certes, cela pourrait réduire drastiquement les douleurs, mais cela empêcherait la guérison de la lésion (risque de passage à la chronicité).

Les différentes méthodes utilisées (AINS, cryothérapie, infiltrations de corticoïdes…) permettent uniquement de limiter l’intensité de l’inflammation, et donc des douleurs, en attendant la guérison des lésions tissulaires.

Outre la réduction de l’inflammation, la cryothérapie (thérapie par le froid) est capable de soulager les douleurs grâce :

  • Au ralentissement du métabolisme cellulaire : le froid ralentit l’activité métabolique des cellules, ce qui entraine une diminution de la production de déchets métaboliques responsables (en partie) des douleurs tels que l’acide lactique.
  • À un effet anesthésiant : le froid est un anesthésiant naturel ! Il est capable d’endormir la douleur de manière rapide et permet un soulagement immédiat.

Effets du chaud

La chaleur est également recommandée pour soulager certains types de douleurs (dont celle de l’entorse lombaire). Voici quelques-uns de ses effets :

  • Accélération du métabolisme cellulaire : l’augmentation de l’activité métabolique des cellules situées dans la région atteinte permet d’accélérer la réparation des lésions tissulaires.
  • Augmentation de la circulation sanguine : la chaleur provoque une vasodilatation locale (augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins), ce qui permet également d’accélérer la guérison en apportant les différents éléments nécessaires à la réparation tissulaire (oxygène, nutriments, facteurs de croissance…).
  • Relâchement musculaire : la chaleur permet de réduire les tensions musculaires douloureuses.
  • Blocage des nocicepteurs : l’application de chaleur permet de réduire la douleur locale en bloquant de manière légère les récepteurs sensoriels responsables de transmettre au cerveau les signaux douloureux.

Que choisir ?

Maintenant que vous connaissez les effets du chaud et du froid, vous comprendrez surement mieux pourquoi il est généralement recommandé, après une entorse lombaire, d’appliquer du froid durant la phase aiguë et du chaud à distance de cette dernière.

En effet, l’application de froid (glace enveloppée dans une serviette ou autre tissu) sur la région douloureuse permet de réduire l’intensité de la réaction inflammatoire locale (sans pour autant la supprimer !) durant la phase aiguë et de profiter d’un effet anesthésiant immédiat.

Une fois la phase aiguë passée (après les premières 48 à 72 heures), l’inflammation est généralement réduite. Il est alors recommandé d’appliquer plutôt de la chaleur (par l’intermédiaire d’une bouillotte ou en prenant un bain chaud) pour réduire les spasmes et tensions musculaires sources de douleurs.

L’application de chaleur à distance de la phase aiguë vous permettra également de guérir plus rapidement, car elle favorise la réparation des lésions tissulaires.

Par ailleurs, il est important que vous sachiez qu’il n’existe pas de consensus vis-à-vis de l’utilisation de la thermothérapie (l’utilisation du chaud ou du froid pour soigner) dans la prise en charge des douleurs. Deux personnes ayant la même pathologie peuvent réagir de manière différente : l’une soulagée par le froid, l’autre par la chaleur…

À LIRE :   Entorse lombaire ou nerf sciatique : Comment différencier ?

Il revient donc à vous de trouver la méthode qui marchera le mieux dans votre cas, mais toujours en suivant la consigne : froid à la phase aiguë, chaud à distance de la phase aiguë.

Attention, l’utilisation du froid et du chaud n’est pas sans danger. Vous devez respecter un certain nombre de précautions pour éviter les brûlures, les rougeurs et autres effets néfastes des températures extrêmes.

Pour savoir comment utiliser la thermothérapie en toute sécurité, nous vous invitons à lire l’article suivant.

Enfin, sachez qu’il est « chaudement » recommandé de consulter un médecin en cas d’entorse lombaire ou toute autre pathologie pour bénéficier d’une prise en charge adaptée et complète. Les méthodes telles que la thermothérapie permettent uniquement de soulager les douleurs en attendant votre rendez-vous médical.

Références

[1] P. G. VERSIER, « BIOMECANIQUE DU RACHIS », Service de chirurgie orthopédique HIA Begin, vol. 94160.

[2] L. H. Yahia, G. Drouin, G. Maurais, et C.-H. Rivard, « Etude de la structure microscopique des ligaments postérieurs du rachis lombaire », International orthopaedics, vol. 13, no 3, p. 207‑216, 1989.

[3] J.-C. Pire et C. Carolet, « Entorses », Abord Clinique des Urgences Traumatiques AU Cabinet du Généraliste, p. 31‑52, 2005.

[4] T. Adam, « Les entorses », in Gynécologie du sport, Springer, 2012, p. 485‑485.

[5] E. Rolland et G. Saillant, « Les entorses du rachis cervical », Science & sports, vol. 14, no 1, p. 24‑27, 1999.

[6] R. Roy-Camille et G. Saillant, « Les traumatismes du rachis sans complication neurologique », International orthopaedics, vol. 8, no 2, p. 155‑162, 1984.

[7] J. F. Behrsin et C. A. Briggs, « Ligaments of the lumbar spine: a review », Surgical and radiologic anatomy, vol. 10, no 3, p. 211‑219, 1988.

[8] E.-L. Glaude, F. Lapègue, L. Thines, M. Vinchon, et A. Cotten, « Traumatismes du rachis cervical », Feuillets de radiologie, vol. 46, no 1, p. 5‑37, 2006.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

FORMATION 100% OFFERTE

Découvrez ce qu'on ne vous jamais dit sur vos douleurs chroniques...