ostéopathie

Entorse lombaire et ostéopathie : Efficace ?

Vous vous êtes bloqué le dos après un faux mouvement ? Il est fort probable que vous ayez une entorse lombaire, l’une des pathologies les plus fréquentes de la colonne vertébrale.

Bien qu’elle soit le plus souvent bénigne, évoluant spontanément vers la guérison en quelques jours ou semaines, l’entorse lombaire peut provoquer des douleurs parfois très intenses qui retentissent significativement sur les activités quotidiennes.

Il est donc nécessaire de mettre en repos le dos et de recourir à divers traitements : repos, médicaments antidouleurs, anti-inflammatoires, relaxants musculaires, kinésithérapie (physiothérapie), infiltrations de corticoïdes

En complément à la prise en charge médicale, il est possible de recourir à diverses thérapies de médecine douce telles que l’acupuncture et l’ostéopathie pour une meilleure gestion des douleurs.

Untitled - November 5, 2022
Untitled - November 5, 2022

Dans le présent article, nous allons nous intéresser à l’apport de l’ostéopathie et de ses différentes techniques dans la prise en charge d’une entorse lombaire.

Qu’est-ce que l’entorse lombaire ?

L’entorse lombaire, également appelée « tour de rein » ou « lumbago », est une affection caractérisée par une atteinte d’un ou plusieurs ligaments situés dans la partie basse de la colonne vertébrale tels que les ligaments intertransversaires et ilio-lombaires.

douleur au dos
Source

Il existe divers degrés de gravité d’une entorse lombaire, selon que le ligament lésé soit simplement sur-étiré (élongation ou « foulure ») ou bien rompu de manière partielle ou complète.

Une entorse lombaire peut également être consécutive à une atteinte musculaire ou tendineuse.

Entorse lombaire : Causes et symptômes

Une entorse lombaire peut être causée par :

  • Un faux mouvement (le plus souvent) ;
  • Des mouvements répétés ;
  • Un mauvais alignement entre le rachis et le bassin ;
  • Un traumatisme du dos.

Elle se manifeste principalement par des douleurs lombaires parfois très intenses, accentuées par les mouvements du rachis et calmées par le repos. Des raideurs, tensions et contractures musculaires sont également possibles, avec parfois un dos totalement « bloqué ».

À LIRE :   Entorse lombaire : Traitements naturels et remèdes de grand-mère
lumbago sciatique entorse lombaire et ostéopathie

Pour en savoir plus sur l’entorse lombaire, ses causes, ses symptômes et sa prise en charge, consultez l’article suivant.

Traitements médicaux et alternatifs de l’entorse lombaire

L’entorse lombaire est le plus souvent bénigne et guérit de manière spontanée en quelques jours à quelques semaines. En attendant la guérison, il importe de soulager les douleurs du patient par diverses méthodes :

Visite médicale jeune femme chez son médecin
  • Repos relatif : c’est-à-dire ménager son dos tout en restant actif (pas de repos complet au lit).
  • Application de froid/chaud : en règle générale, application de froid lors de la phase aigüe pour atténuer l’inflammation et application de chaud à distance de la phase aigüe pour relâcher les muscles (lutter contre les tensions musculaires douloureuses). Pour en savoir plus sur le sujet (chaud ou froid), consultez l’article suivant.
  • Médicaments : principalement des antidouleurs (du plus simple au plus puissant, selon l’intensité des douleurs), des anti-inflammatoires non stéroïdiens et des relaxants musculaires (myorelaxants).
  • Infiltrations de corticoïdes : injection de corticoïdes (anti-inflammatoires stéroïdiens) directement au voisinage du ligament atteint pour réduire l’inflammation et soulager les douleurs.
  • Kinésithérapie : approche active avec la réalisation de certains exercices visant à préserver la mobilité et la souplesse du dos, ce qui permet de limiter les douleurs et de favoriser la guérison.
  • Remèdes naturels : notamment l’utilisation de plantes aux vertus anti-inflammatoires et antalgiques telles que le curcuma, la gaulthérie, le gingembre et l’écorce de saule blanc.
  • Acupuncture : pratique ancestrale qui consiste à stimuler des points précis du corps (grâce à de très fines aiguilles) afin d’obtenir divers effets thérapeutiques. Cette méthode est très utilisée pour soulager divers maux de dos, notamment les cervicalgies, le torticolis, les douleurs musculaires, la névralgie sciatique et l’entorse lombaire.
  • Thérapies antistress : comme pour de nombreux maux de dos, l’aspect psychique possède une influence significative sur les symptômes d’une entorse lombaire. Pour lutter contre le stress, facteur augmentant la perception douloureuse, il est parfois recommandé de recourir à certaines techniques de relaxation telles que la méditation pleine conscience, la sophrologie (respiration)…
  • Ostéopathie : grâce à des techniques de manipulation, l’ostéopathe agit non seulement sur le ligament lésé, mais également sur l’ensemble du dos et du corps pour soulager les douleurs et favoriser la guérison.
À LIRE :   Entorse lombaire ou nerf sciatique : Comment différencier ?

Il faut préciser qu’en cas d’entorse lombaire grave (rupture totale d’un ou plusieurs ligaments importants), une prise en charge chirurgicale peut être nécessaire.

Cette dernière vise à rétablir la continuité du ligament rompu, notamment grâce à des sutures au fil chirurgical. Des greffes peuvent parfois être nécessaire, elles consistent à prélever un petit morceau de ligament au niveau d’une autre partie du corps (généralement le tendon d’Achille) et de l’utiliser pour réparer le ligament lésé.

Rôles et bénéfices de l’ostéopathie

L’ostéopathie est une thérapie « complémentaire » ou « alternative » basée sur des techniques de manipulation à visée thérapeutique. Selon les ostéopathes, les différentes structures musculosquelettiques (os, ligaments, tendons, muscles, fascias, tissus de soutien…) sont interconnectées et travaillent ensemble pour soutenir les organes et assurer leur cohésion au sein de l’organisme.

drainage lymphatique

Il s’agit d’une approche dite « holistique », c’est-à-dire globale. Pour obtenir une amélioration clinique d’une pathologie donnée, elle ne s’intéresse pas uniquement à la structure lésée, mais à l’ensemble des éléments qui l’entourent.

Par exemple, en cas d’entorse lombaire, l’approche ostéopathique vise à favoriser le rétablissement de l’intégrité du ligament blessé en mettant en œuvre des techniques de manipulation axées sur ce dernier (traitement ciblé) et sur l’ensemble du dos (traitement global).

Les manipulations ostéopathiques peuvent avoir une action antalgique en cas d’entorse lombaire grâce à :

  • Un blocage plus ou moins important des voies de la douleur.
  • Une réduction des raideurs, spasmes et tensions musculaires sources de douleurs.

Par ailleurs, la prise en charge ostéopathique serait capable d’accélérer la réparation des lésions tissulaires (reconstitution des fibres du ligament lésé) grâce à l’amélioration de la circulation sanguine et du drainage lymphatique au niveau de la zone pathologique.

Limites de l’ostéopathie

Bien qu’elle procure à de nombreuses personnes atteintes de diverses pathologies musculosquelettiques une amélioration clinique significative, la plupart des théories sur lesquelles est fondée l’ostéopathie restent sans preuves scientifiques convaincantes.

À LIRE :   Entorse lombaire : Chaud ou froid, comment choisir ?
études scientifiques sur les lombalgies

De plus, il arrive que les différentes manipulations ostéopathiques provoquent des accidents qui entraînent de nouvelles blessures ou une aggravation des lésions préexistantes. Il convient de mentionner que ces situations sont très rares.

À lire : Mal de dos après l’ostéopathie : Inquiétant ? (Explications)

Il est donc recommandé, en cas d’entorse lombaire ou toute autre pathologie de la colonne vertébrale, de d’abord consulter son médecin traitant ou un spécialiste du dos avant d’envisager des alternatives telles que l’ostéopathie.

Références

[1] K. M. Branham, « Lumbar Strain and Sprain », Physical Therapy: Treatment of Common. Orthopedic Conditions, vol. 2, no 8, p. 214‑45, 2016.

[2] A. T. Still, « Ostéopathie », Recherche et pratique, 1910.

[3] P. Vautravers, M.-È. Isner-Horobeti, et J.-Y. Maigne, « Manipulations vertébrales–ostéopathie. Évidences/ignorances », Revue du rhumatisme, vol. 76, no 5, p. 405‑409, 2009.

[4] « Douleurs bas du dos | Traitement ostéopathique avec Cynthia Ostéo », Cynthia Ostéo (consulté le 12 novembre 2022).

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs / 5. Nombre de votes

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

FORMATION 100% OFFERTE

Découvrez ce qu'on ne vous jamais dit sur vos douleurs chroniques...