douleur au dos

Entorse lombaire ou nerf sciatique : Comment différencier ?

La partie lombaire de notre colonne vertébrale supporte continuellement, en position debout et assise, le poids de tout le haut du corps. Elle est donc particulièrement exposée aux blessures et à certaines pathologies, notamment l’entorse lombaire et les atteintes du nerf sciatique.

Dans cet article, nous allons vous donner quelques repères pour que vous puissiez faire la différence entre une entorse lombaire et une névralgie sciatique.

Colonne lombaire : quelques notions d’anatomie

Avant de passer aux définitions des deux pathologies (entorse lombaire et névralgie sciatique) et de parler de leurs différences, il est essentiel de rappeler quelques notions de base d’anatomie de la colonne vertébrale.

Cette dernière, comme vous le savez, est formée en général de 33 vertèbres qui s’empilent les unes sur les autres comme suit :

Soulager la sciatique : 5 étiremen...
Soulager la sciatique : 5 étirements efficaces

anatomie de la colonne vertébrale
Source
  • 7 vertèbres cervicales formant le rachis cervical,
  • 12 vertèbres dorsales ou thoraciques formant le rachis dorsal,
  • 5 vertèbres lombaires formant le rachis lombaire,
  • Et une partie fixe formée par le sacrum (5 vertèbres fusionnées) et le coccyx (4 vertèbres fusionnées).

Dans cet article, nous allons nous concentrer sur le rachis lombaire. Cette partie mobile de la colonne vertébrale comporte donc 5 vertèbres (L1 à L5) séparées par des disques intervertébraux. Chacune de ces vertèbres est composée :

anatomie de la colonne lombaire
Source

Lorsque les vertèbres s’empilent les unes sur les autres, leurs foramens centraux se superposent, ce qui forme un canal osseux qu’on appelle « canal rachidien » ou « canal vertébral ».

C’est à l’intérieur de ce dernier que se trouve notre moelle épinière, une partie importante du système nerveux central.

moelle épinière
Source

De chaque côté du rachis lombaire émergent des racines nerveuses provenant de la moelle épinière. Ces dernières forment des nerfs destinés à l’innervation de diverses parties du corps, notamment le nerf sciatique.

Le nerf sciatique est le nerf le plus volumineux et le plus long de notre corps. Il a pour rôle de procurer une sensibilité et une motricité à notre membre inférieur (innervation sensitive et motrice).

Par ailleurs, pour assurer la stabilité et la cohésion des vertèbres, il existe de nombreuses structures de fixité, notamment des ligaments, des muscles et des tendons.

Entorse lombaire et névralgie sciatique : définitions

Après ce petit cours d’anatomie de la colonne lombaire, vous comprendrez mieux les définitions suivantes :

Entorse lombaire

Une « entorse lombaire », qu’on appelle également « tour de rein » ou « lumbago », est une atteinte d’un ou plusieurs ligaments du rachis lombaire. Cela peut être un simple surétirement comme une rupture complète ou partielle.

À LIRE :   5 exercices pour soulager les symptômes de sciatique (en vidéo)
lumbago sciatique Entorse lombaire ou nerf sciatique

L’entorse lombaire peut également être consécutive à une atteinte musculaire ou tendineuse au niveau de la région lombaire.

Névralgie sciatique

Une névralgie sciatique, qu’on appelle communément « sciatique », est une affection caractérisée par des douleurs à la jambe qui suivent le trajet du nerf sciatique (fesse, cuisse, jambe, pied, orteils).

sciatique
Source

Ces douleurs sont généralement consécutives à une compression ou une irritation de ce nerf par une hernie discale lombaire, une saillie d’un disque intervertébral hors de sa position habituelle.

D’autres pathologies peuvent entrainer une sciatique, notamment une arthrose lombaire, une discopathie dégénérative, un canal lombaire étroit (sténose spinale), un syndrome du piriforme

Quelles différences entre entorse lombaire et névralgie sciatique ?

Voici à présent des éléments qui permettent de faire la part des choses entre une entorse lombaire et une névralgie sciatique :

Les structures atteintes

Comme précisé plus haut, l’entorse lombaire est une atteinte musculo-ligamentaire. C’est-à-dire que la structure pathologique est soit un ligament, soit un muscle ou un tendon.

Le ligament le plus souvent touché par l’entorse lombaire est le ligament ilio-lombaire, un ligament qui relie les apophyses transverses des deux dernières vertèbres lombaires (L4 et L5) à l’os iliaque (os du bassin).

De l’autre côté, la sciatique est le résultat d’une compression ou irritation du nerf sciatique. Dans l’immense majorité des cas, c’est une hernie discale lombaire qui en est la cause.

Les disques intervertébraux les plus souvent touchés par la hernie discale sont ceux situés entre les vertèbres L4 et L5, et entre L5 et S1 (première vertèbre sacrée).

Le mode de survenue

L’entorse lombaire survient le plus souvent à l’occasion d’un évènement aigu tel qu’un faux mouvement, un tour de rein ou un traumatisme du rachis…

Alors que la sciatique, même si elle peut apparaître brutalement (lors du soulèvement d’une charge lourde par exemple), est généralement une affection qui s’installe sur plusieurs années.

La symptomatologie

En cas d’entorse lombaire, les douleurs sont généralement circonscrites au niveau du bas du dos (sans irradiations au membre inférieur). En revanche, en cas de névralgie sciatique, qu’elle soit secondaire à une hernie discale ou à une autre pathologie (arthrose, tumeur, infection…), les douleurs suivent le trajet du nerf sciatique : fesse, cuisse, genou, jambe, pied et orteils (topographie différente selon la racine nerveuse comprimée ou irritée).

De plus, la sciatique peut s’accompagner de troubles neurologiques au niveau du membre inférieur et de la région uro-génitale (zones contrôlées par le nerf sciatique) tels que des engourdissements, des picotements, des modifications de la sensibilité (hypoesthésie, anesthésie…), une faiblesse musculaire…

Dans les cas les plus sévères, notamment lors d’une sténose rachidienne (canal lombaire étroit), un syndrome de la queue de cheval peut s’observer. Ce dernier se manifeste par des troubles génito-sphinctériens tels qu’une incontinence urinaire, une dysfonction érectile (impuissance), une incontinence fécale

À LIRE :   Faut-il marcher avec une sciatique ? (Explication et conseils)

En revanche, une entorse lombaire ne s’accompagne qu’exceptionnellement de troubles neurologiques.

Le pronostic

De manière générale, une entorse lombaire avec simple surétirement guéri spontanément en quelques jours/semaines. Son pronostic est donc bien meilleur que celui de la sciatique qui évolue souvent vers la chronicité en l’absence d’un traitement adéquat.

Comment clarifier le diagnostic?

Dans la grande majorité des cas, un simple interrogatoire du médecin complété par un examen physique suffit pour poser le diagnostic d’entorse lombaire ou de hernie discale, notamment grâce aux éléments cliniques suivants :

consultation médicale chez le médecin
Source
  • Le contexte : antécédents personnels et familiaux, âge, facteurs de risque (surpoids, port de charges lourdes…), histoire professionnelle, circonstances de survenue (notion de traumatisme, mouvements répétés, activité sportive…), facteurs psychologiques, durée d’évolution…
  • La topographie des douleurs : lombalgies (douleurs dans le bas du dos) pour l’entorse lombaire ; sciatalgies (douleurs suivant le trajet du nerf sciatique) pour la névralgie sciatique.
  • Les signes neurologiques : en cas de névralgie sciatique, il peut y avoir des symptômes neurologiques au niveau du membre inférieur secondaire à la compression nerveuse. En revanche, une entorse lombaire n’entraine pas de manifestations neurologiques.
  • Le signe de Lasègue : il est positif lors de la névralgie sciatique et négatif en cas d’entorse lombaire (la manœuvre de Lasègue : élévation de la jambe tendue pour étirer le nerf sciatique, ce qui déclenche une douleur en cas d’atteinte nerveuse).

En général, il n’est pas nécessaire de réaliser un examen complémentaire pour poser le diagnostic d’entorse lombaire ou de névralgie sciatique.

En termes d’imagerie médicale, l’IRM est la plus performante pour confirmer l’un ou l’autre des diagnostics, car elle permet d’étudier de manière détaillée l’ensemble des tissus mous de la région lombaire.

irm machine Entorse lombaire ou nerf sciatique

Elle est donc capable de dépister aisément des lésions ligamentaires ou musculotendineuses (entorse lombaire) ou une atteinte discale avec compression nerveuse (hernie discale à l’origine de la sciatique).

NB : une hernie discale lombaire infraclinique (asymptomatique) peut être découverte de manière fortuite à l’occasion d’une IRM réalisée dans le cadre d’une entorse lombaire ou autre pathologie.

Que faire?

En cas de douleurs lombaires et/ou de sciatalgies, il est recommandé de consulter un médecin pour bénéficier d’un diagnostic précis et d’une prise en charge adaptée.

Entre-temps, vous pouvez soulager vos symptômes grâce à quelques mesures simples telles que :

  • Le repos : évitez surtout les mouvements qui déclenchent ou aggravent vos douleurs. Mais attention, il est déconseillé de cesser toute activité physique (il s’agit d’un repos relatif et temporaire).
  • L’application de chaleur ou de froid : en cas de douleurs lombaires ou sciatiques, il est recommandé d’appliquer de la glace sur la zone concernée durant les premiers jours pour réduire l’inflammation. À partir du quatrième jour environ, il faut plutôt appliquer de la chaleur pour détendre les muscles et soulager les douleurs.
  • Les médicaments : votre médecin ou pharmacien peut vous proposer des antalgiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou des relaxants musculaires pour vous soulager en attendant la guérison spontanée ou la mise en œuvre d’un traitement plus fort (infiltrations de corticoïdes, dérivés morphiniques, chirurgie…).
  • La ceinture lombaire : vous pourrez porter un corset lombaire lorsque les douleurs sont intenses ou avant d’effectuer une activité à risque pour un meilleur support lombaire. Il faut toutefois tenter de minimiser son utilisation dans la mesure du possible.
À LIRE :   Pied engourdi et nerf sciatique : quel lien ? (explication)

Sachez que dans la majorité des cas, l’entorse lombaire est une pathologie bénigne et spontanément résolutive (guérison spontanée en quelques jours ou semaines selon l’importance de la lésion).

Pour découvrir de nombreuses autres méthodes efficaces qui permettent de soulager des maux de dos, nous vous conseillons vivement de consulter l’article suivant !

Références

[1] A. M. Avimadje, B. Addra, G. Ade, C. Sossa, B. Monteiro, et M. Gninafon, « Aspects cliniques de la sciatique communeau CNHU de Cotonou (Bénin) », Rhumatologie, vol. 51, no 5‑6, 1999.

[2] P. G. VERSIER, « BIOMECANIQUE DU RACHIS », Service de chirurgie orthopédique HIA Begin, vol. 94160.

[3] W. Bengouga, « Comportement mécanique du rachis lombaire et thoracique », PhD Thesis, Université de Batna 2, 2014.

[4] F. Rannou, M. Corvol, M. Revel, et S. Poiraudeau, « Dégénérescence discale et hernie discale: rôle des contraintes mécaniques », Revue du rhumatisme, vol. 68, no 10‑11, p. 908‑912, 2001.

[5] P. Mevel, « La hernie discale », L’Aide-Soignante, vol. 27, no 150, p. 23‑24, 2013.

[6] F. Rannou, M.-A. Mayoux-Benhamou, S. Poiraudeau, et M. Revel, « Disque intervertébral et structures voisines de la colonne lombaire: anatomie, biologie, physiologie et biomécanique », EMC-rhumatologie-orthopédie, vol. 1, no 6, p. 487‑507, 2004.

[7] P. Rabischong, R. Louis, J. Vignaud, et C. Massare, « Le disque intervertébral », Anatomia clinica, vol. 1, no 1, p. 55‑64, 1978.

[8] I. Bejia, M. Younes, S. Zrour, M. Touzi, et N. Bergaoui, « Les facteurs associés à l’évolution de la sciatique commune. À propos de 1092 cas », Revue du rhumatisme, vol. 71, no 12, p. 1180‑1185, 2004.

[9] L. Neveu, « Les facteurs de risque des maux de dos ».

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs / 5. Nombre de votes

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

FORMATION 100% OFFERTE

Découvrez ce qu'on ne vous jamais dit sur vos douleurs chroniques...