Douleur sacro-iliaque : Comment se soulager ? (Causes et traitement)

Douleur sacro-iliaque : Comment se soulager ? (Causes et traitement)

Article revu et approuvé par Dr. Ibtissama Boukas, médecin spécialisée en médecine de famille

La douleur sacro-iliaque se manifeste souvent par un inconfort au niveau de la fesse. Elle est souvent confondue avec la sciatique, et mérite une attention particulière, surtout si la douleur persiste.

 

Qu’est-ce que la douleur sacro-iliaque exactement, et d’où vient-elle ? Comment savoir si les symptômes proviennent d’une dysfonction de cette articulation ? Et surtout, comment soulager la douleur incapacitante ou la sensation de sacro-iliaque bloquée ?

 

Cet article vulgarisé vous explique tout ce qu’il faut savoir sur l’articulation sacro-iliaque et les douleurs qui en découlent, en mettant l’accent sur des stratégies de traitement vous permettant de réduire vos douleurs.

Définition et anatomie de l’articulation sacro-iliaque

 

On estime que l’articulation sacro-iliaque est responsable de 15 à 30% des cas de lombalgie. 

 

Avant de discuter de la douleur sacro-iliaque (également appelée sacro-iliite), il convient d’expliquer l’articulation sacro-iliaque d’un point de vue anatomique et physiologique.

 

 

L’articulation sacro-iliaque relie les os du bassin (appelés iliaques) au sacrum, un os triangulaire situé sous les vertèbres lombaires. La fonction principale des articulations sacro-iliaques est d’absorber les chocs, et d’augmenter la stabilité du tronc.

 

L’articulation sacro-iliaque est normalement très peu mobile, ce qui veut dire qu’il existe très peu de mouvement à ce niveau. Si l’articulation est considérée hypomobile (manque de mouvement physiologique), on estime qu’elle est plus propice à générer de la douleur sacro-iliaque. Il en est de même pour une articulation hypermobile, c’est-à-dire qui bouge plus qu’il ne le faut.

 

6 causes de douleur sacro-iliaque

 

Outre l’hypo ou l’hypermobilité, la douleur sacro-iliaque peut provenir de plusieurs causes. En voici les principales :

 

1. Trauma

 

Tout impact direct ou indirect au niveau de l’articulation sacro-iliaque peut irriter l’articulation et causer de la douleur.

 

2. Scoliose

 

Une scoliose est une déviation de la colonne vertébrale dans les 3 plans de l’espace. En gros, une ou plusieurs vertèbres sont déviées dans le plan frontal, sagittal, et horizontal.

 

scoliose responsable de douleur sacro-iliaque

 

Cette torsion de la colonne va forcément affecter le bassin et les articulations sacro-iliaques. Cet augmentation de stress à ce niveau peut parfois être responsable de douleur.

 

Il faut toutefois comprendre que la scoliose n’est pas toujours symptomatique. Ceci veut dire qu’il existe des scolioses n’occasionnant aucune douleur lombaire ou sacro-iliaque, notamment en raison de la capacité d’adaptation du corps humain.

 

Pour tout savoir sur la scoliose chez l’enfant et sa prise en charge, consultez l’article suivant.

 

3. Différence de longueur des membres inférieurs

 

Si vous avez une jambe plus courte que l’autre, il se peut que cette différence augmente le stress sur l’articulation sacro-iliaque. Cette inégalité peut être fonctionnelle (causée par un déséquilibre musculaire), ou encore structurelle (due à un trauma, une chirurgie, ou congénitale).

 

inégalité de longueur des jambes causant une douleur sacro-iliaque

 

Par contre, il n’est pas rare d’observer des gens ayant une longueur de jambes différentes sans pour autant avoir de douleurs. Il est généralement accepté que si la différence est minime (inférieure à 1-2 cm), elle n’est pas forcément significative.

 

Une façon de déterminer si la douleur sacro-iliaque est due à l’inégalité de longueur des membres inférieurs est de prescrire une orthèse correctrice pendant un moment. Si on observe un soulagement des symptômes, on pourra alors penser que cette différence de longueur était la source du problème.

 

4. Maladie inflammatoire

 

Plusieurs conditions inflammatoires sont responsables de la douleur sacro-iliaque. C’est le cas par exemple de la spondylarthrite ankylosante.

 

5. Grossesse

 

Les articulations sacro-iliaques se voient modifiées durant la grossesse pour permettre l’accouchement.

 

grossesse responsable de douleur sacro-iliaque

 

Pendant la grossesse, la libération de l’hormone relaxine entraîne un relâchement des ligaments. De plus, l’expansion de l’utérus compromet la stabilité autour du bassin. Les muscles doivent alors compenser pour le désalignement du bassin, ce qui augmente la tension musculaire et le stress sur la sacro-iliaque.

 

La démarche est également différente durant cette période. Si on ajoute le fait que le poids supplémentaire augmente la charge sur les articulations, il n’est pas rare d’observer de la douleur sacro-iliaque chez les femmes enceintes.

 

6. Infection

 

Dans de rares cas, l’articulation sacro-iliaque peut s’infecter. Il peut s’agir d’une bactérie, d’arthrite septique, de spondylodiscite, etc.

 

La douleur sacro-iliaque est souvent associée à de la fièvre. Les symptômes se résorbent généralement suite à la prise d’antibiotiques, bien que le diagnostic soit généralement long à établir.

 

 

Symptômes

 

La douleur au niveau du bas du dos et de la fesse est le signe principal d’une dysfonction de l’articulation sacro-iliaque.

 

Cette douleur peut également irradier dans la cuisse, la hanche, l’aine, le mollet, et même le pied. Elle est généralement aggravée par :

 

  • la position debout prolongée
  • la mise en charge sur une jambe
  • les escaliers
  • la course
  • la marche (surtout si on augmente la longueur des pas)

 

Si la douleur sacro-iliaque est présente même au repos, c’est généralement signe que la condition est plus sévère. Ceci est d’autant plus vrai si les symptômes limitent les activités quotidiennes.

 

Si la douleur est présente durant la nuit, il est important d’en parler à un professionnel de santé. Une douleur la nuit peut exceptionnellement provenir d’un cancer, surtout si elle est associée à des symptômes caractéristiques.

 

Pour connaître les symptômes indicatifs d’une atteinte sérieuse (comme le cancer), consultez l’article suivant.

 

drapeaux rouges reliés au mal de dos

 

Si la douleur provient d’une articulation sacro-iliaque hypomobile, on pourra observer une raideur au niveau des hanches, de la région lombaire ou du bassin.

 

Si c’est l’hypermobilité de occasionne la douleur sacro-iliaque, le patient va plaindra alors d’instabilté du bassin et de la jambe à la marche, durant la position debout ou pendant certains mouvements.

 

 

Diagnostic

 

La douleur sacro-iliaque peut être difficile à diagnostiquer, car elle est souvent confondue avec la sciatique.

 

Il faut aussi noter qu’une atteinte de l’articulation coxo-fémorale au niveau de la hanche (comme l’arthrose de hanche), une hernie discale, ou une atteinte des vertèbres lombaires (arthrose zygapophysaire) peut causer des symptômes similaires, ce qui complexifie le diagnostic.

 

À ceci s’ajoute le fait que la douleur sacro-iliaque est liée à certaines maladies inflammatoires. Pour toutes ces raisons, il est primordial que le diagnostic soit complet et minutieux.

 

Il existe plusieurs examens cliniques, tests d’imagerie médicale ou autre pour investiguer une douleur sacro-iliaque. Voici les plus importants :

 

Tests cliniques

 

Il existe plusieurs tests cliniques réalisés par les professionnels de santé permettant de diagnostiquer une dysfonction sacro-iliaque. Voici les plus répandus :

 

  • Test de traction
  • Test de compression
  • Test de cisaillement
  • Test de Faber
  • Test de Gaenslen
  • Palpation

 

palpation reproduisant une douleur sacro-iliaque

 

Il faut comprendre que les tests appliqués individuellement ne peuvent garantir un diagnostic précis. C’est plutôt la combinaison des tests qui augmente les probabilités d’atteinte sacro-iliaque. Malgré cela, ces tests ont des limites.

 

Imagerie médicale

 

Comme les tests cliniques présentent des limites, il n’est pas rare que le médecin prescrive des tests d’imagerie médicale pour investiguer la douleur sacro-iliaque.

 

Une radiographie de votre bassin peut révéler des signes d’atteinte de l’articulation sacro-iliaque. Si le médecin suspecte une atteinte des tissus mous ou une condition inflammatoire, il peut également prescrire une IRM.

 

Infiltration diagnostique

 

Dans certains cas, le médecin opte pour une infiltration à visée diagnostique. En gros, il s’agit d’injecter un agent anesthésiant local (comme la lidocaine ou bupivicaine) au niveau de l’articulation sacro-iliaque afin de déterminer si elle procure un soulagement temporaire des symptômes.

 

infiltration sacro-iliaque

 

Après l’infiltration diagnostique, le médecin pourrait re-tester les mouvements qui étaient auparavant douloureux. Si la condition s’améliore, on pourra alors conclure que l’articulation sacro-iliaque était responsable des symptômes.

 

On va alors concentrer le traitement autour de la sacro-iliaque, par exemple avec des infiltrations subséquentes. Si, au contraire, il n’y a aucun effet thérapeutique, ceci voudrait dire que vos symptômes proviendrait d’une autre structure, ou d’une autre cause.

 

 

Traitement : Soulager une douleur sacro-iliaque

 

Une fois qu’on a conclu que la douleur sacro-iliaque provenait bel et bien de cette articulation (et non d’une structure connexe), on peut établir un plan de traitement conséquent.

 

Les spécialistes qui traitent cette condition sont principalement le médecin (généraliste, rhumatologue, orthopédiste), le kinésithérapeute (physiothérapeute), l’ostéo, et le chiropracteur.

 

Voici les modalités de traitements souvent utilisées

 

Chaleur et glace

 

Ces modalités, bien qu’elles ne résolvent généralement pas la source du problème, peuvent soulager les symptômes lorsqu’ils deviennent incapacitants. Ceci permet notamment de réduire (ou éviter) la prise de médicaments.

 

 

Médication

 

Si la douleur persiste, il n’est pas rare d’avoir recours aux médicaments. De façon typique, le médecin va débuter par une série de comprimés visant à contrôler la douleur et réduire l’inflammation.

 

Infiltration

 

Tel que mentionné, l’infiltration peut être utilisée pour diagnostiquer une douleur sacro-iliaque. En cas de résultats favorables, des infiltrations subséquentes permettent de contrôler les symptômes.

 

Pour tout savoir sur l’infiltration sacro-iliaque, consultez l’article suivant.

 

Thérapie manuelle

 

Un thérapeute qualifié peut soulager la douleur en appliquant des techniques de thérapie manuelle à son patient.

 

Le relâchement des muscles entourant la sacro-iliaque peut indirectement soulager les symptômes.

 

 

Si on estime que la douleur est due à une articulation sacro-iliaque hypomobile, des mobilisations de la région lombaire et de l’articulation sacro-iliaque peuvent être bénéfiques.

 

Si au contraire, on attribue la douleur à une hypermobilité de l’articulation sacro-iliaque, on minimisera les mobilisations pour se concentrer sur un travail actif de renforcement et de stabilisation.

 

Attention, il ne faut pas penser que le sacrum soit déplacé. Les mouvements du sacrum (appelés nutation et contre-nutation) ainsi que l’amplitude sacro-iliaque sont très minimes. Ceci rend improbable la théorie du sacrum déplacé.

 

Ainsi, le thérapeute ne peut « débloquer la sacro-iliaque ». Par contre, les manipulations peuvent réduire les tensions musculaires, et agir en désensibilisant le système nerveux (ce qui provoque un soulagement de la douleur sacro-iliaque).

 

Exercices

 

Lorsqu’un patient consulte en kiné (physio), il bénéficiera d’un programme d’exercices visant à corriger les dysfonctions identifiées. Par contre, on visera à tonifier les muscles fessiers, assouplir les hanches, stabiliser la région lombaire, etc.

 

Il faut comprendre que la cause de la douleur sacro-iliaque peut être différente pour chacun. C’est la raison pour laquelle il est important de consulter afin de bénéficier d’un programme individualisé.

 

Voici quelques exercices souvent prescrits pour corriger les dysfonctions sacro-iliaques :

 

Extension de hanche (position quadrupède)

 

  1. Positionnez-vous à 4 pattes (Les mains sous les épaules, les genoux sous les hanches).
  2. Trouvez ensuite la position neutre correspondant à la position du bassin à mi-chemin de l’antéversion et de la postéroversion du bassin.
  3. Dans cette position, étendez une jambe vers l’arrière en vous assurant de pointer le pied le plus loin possible derrière.
  4. Revenez tranquillement en position initiale, et répétez avec l’autre jambe.
  5. Répétez ces mouvements pendant une dizaine de répétitions par jambe.

 

extension de hanche

 

Pont unilatéral

 

  1. Couchez-vous sur le dos
  2. Allongez la jambe non douloureuse de manière à tendre le genou et maintenir une extension complète.
  3. Soulevez les fesses du sol en poussant avec les talons de la jambe atteinte.
  4. Redescendez tranquillement en position initiale.
  5. Faites ces mouvements pendant une vingtaine de répétitions. Prenez des pauses au besoin.

pont unilatéral

 

Torsion lombaire

 

  1. Allongez-vous sur le dos en ayant les jambes tendues.
  2. Dans un mouvement de torsion, allongez un bras sur le côté et amenez la jambe vers le côté opposé.
  3. En utilisant l’autre bras, ajoutez une surpression au niveau de la cuisse pour augmenter le niveau d’étirement en torsion selon tolérance.
  4. Maintenez l’étirement pendant environ 30 secondes et faites 3 séries.

 

torsion lombaire

 

Étirement du piriforme

 

  1. Couchez-vous sur le dos.
  2. Croisez la jambe symptomatique de manière à poser le talon sur la jambe opposée.
  3. Tirez la jambe non symptomatique vers vous. À ce stade, vous devriez sentir une sensation d’étirement derrière la fesse symptomatique.
  4. Maintenez l’étirement 30 secondes, puis répétez 3 fois en prenant des pauses entre chaque série

 

etirement du piriforme

 

Chirurgie

 

Il s’agit du dernier recours. Elle implique une arthrodèse, c’est-à-dire la fusion de l’articulation sacro-iliaque (os iliaque et sacrum).

 

 

Conclusion

 

Lorsqu’on souffre de lombalgie, il ne faut pas exclure la possibilité que la douleur sacro-iliaque soit la cause des symptômes.

 

Cette articulation peut être le site de dysfonctions causant des douleurs dans le bas du dos, ainsi que des irradiations de douleur dans la jambe.

 

douleur sacro-iliaque

 

Le diagnostic de cette condition prend en compte un examen clinique (incluant un examen neurologique), des tests d’imagerie médicale, et même des infiltrations dans certains cas.

 

L’approche de traitement vise à réduire l’inflammation et le stress mécanique autour de l’articulation sacro-iliaque. Un professionnel de santé est le plus qualifié pour vous accompagner dans la gestion de votre douleur sacro-iliaque.

 

Bonne guérison !