Ça prend combien de temps à guérir, un mal de dos?

temps de guérison du mal de dos
""Quand est-ce que ma douleur partira, me demande-t-on souvent?""

"Quand est-ce que mon mal de dos partira, me demande-t-on souvent?" C'est souvent la première question que mes patients me posent dès la

"Quand est-ce que ma douleur partira, me demande-t-on souvent?"
PARTAGEZ L'ARTICLE

“Quand est-ce que mon mal de dos partira, me demande-t-on souvent?”

C’est souvent la première question que mes patients me posent dès la première consultation. Malheureusement, il m’est très difficile de donner un pronostic précis, tout simplement car la réponse à cette question dépend de plusieurs facteurs. Certes, l’expérience nous permet de prédire le temps de guérison de certains patients, mais ce n’est pas un exercice auquel je me prête  régulièrement.

 

Dans l’article suivant, je vous partage la réponse que j’offre aux patients curieux de savoir quand est-ce que leur mal de dos guérira enfin!

 

temps de guérison mal de dos

 

“C’est une question légitime, cher/chère M. (Mme.) Patient(e)! Par contre, sachez que la guérison du mal de dos dépend de plusieurs facteurs modifiables et non modifiables. Laissez-moi vous présenter les facteurs principaux qui affectent le temps de guérison de votre mal de dos.”

 

Type de mal de dos

 

Avant de discuter du lien entre votre mal de dos et le pronostic de guérison, clarifions un concept fondamental: L’intensité de votre douleur n’est PAS forcément proportionnelle à la gravité de la lésion au niveau lombaire.

 

En d’autres termes, ça ne veut pas dire que votre mal de dos s’est aggravé si jamais vous ressentez plus de douleur pendant une période donnée. Il est démontré aujourd’hui que plusieurs personnes asymptomatiques (ie. n’ayant aucune douleur lombaire au quotidien) présentent tout de même des hernies discales et/ou autres changements dégénératifs à l’imagerie médicale.

 

scan pour sciatique

 

Si on se réfère donc aux discopathies (problèmes au niveau des disques entre les vertèbres), nous pouvons ainsi conclure que ce ne sont pas toutes les hernies discales qui sont problématiques en soi (ou qui nécessitent une infiltration ou une chirurgie). Même chose pour l’arthrose facettaire. Même chose pour la scoliose

 

Par contre, il existe des situations où la hernie, scoliose ou autre SONT responsables de vos douleurs. Je sais, cela peut porter à confusion… après tout, on sait qu’une fracture traumatique induit forcément de la douleur, et que le trait de fracture observé à la radiographie est responsable de nos symptômes. Malheureusement, c’est loin d’être le cas avec les problèmes de dos.

 

Comment alors différencier entre lésion symptomatique et changement normal? Souvent, on soupçonne que si l’atteinte au niveau lombaire irrite les structures environnantes (comme les racines nerveuses, par exemple), le processus inflammatoire conséquent sera alors responsable de notre douleur. Une autre théorie stipule que si la lésion s’est fait rapidement (soit par un traumatisme, ou encore sans laisser au corps la possibilité de s’adapter), la lésion sera alors symptomatique.

 

Quoiqu’il en soit, un professionnel de la santé qualifié saura corréler vos symptômes avec un diagnostic particulier,  notamment par l’entremise de tests cliniques et certains tests d’imagerie s’il juge cela nécessaire. 

 

thérapeute effectuant un test clinique pour clarifier le diagnostic de mal de dos
Certains tests peuvent corroborer ou infirmer certaines hypothèses diagnostiques

 

Une fois que la lésion au niveau du dos est symptomatique, on peut alors soupçonner que sa taille et/ou sa gravité influencera le temps de guérison. Il n’est pas rare de voir de volumineuses hernie discales L4-L5 de type séquestration comprimant la racine nerveuse L4 provoquer des douleurs importantes, et une limitation des activités quotidiennes. Il en est de même avec des scoliose dont l’angle de Cobb est important.

 

En somme, assurez-vous que le diagnostic qu’on vous a émis est réellement responsable des symptômes ressentis. Ensuite, référez-vous à un professionnel de la santé pour déterminer le pronostic relié à cet atteinte particulière.

 

Durée des symptômes

 

Je vois régulièrement des patients paniquer après un lumbago ou une sciatique qui ne s’estompe pas après une semaine. Encore plus lorsqu’on a pris un médicament et qu’on a pas observé de changements au niveau de la douleur!

 

sablier indiquant le temps qui passe depuis qu'on a mal au dos

 

Pour ceux qui ne le savaient pas encore: Une lombalgie qui persiste pendant une semaine n’est pas nécessairement grave.  Pas la peine de s’inquiéter, car la guérison suit probablement son cours à ce stade. 

 

Heureusement, près de 90% des lombalgies guérissent en moins d’un mois. Lorsque les douleurs persistent et ne semblent pas guérir après 3 à 6 mois, on parle alors de douleur chronique.

 

Espérons que ces statistiques encourageantes vous rassurent quelque peu l’esprit!

 

douleur estompée après un traitement

 

Évidemment, tout n’est pas toujours rose. Certaines lombalgies se chronicisent et persistent dans le temps. Et plus la douleur persiste, plus elle est difficile à traiter! Je dis souvent à mes clients que si la douleur n’est pas apparue du jour au lendemain, elle ne partira pas non plus du jour au lendemain!

 

En gros, une douleur au dos chronique se voit souvent «cristallisée» au niveau du système nerveux central  (i.e. votre cerveau), ce qui la rend plus difficile à traiter. Même si la lésion au niveau lombaire est minime, il se peut que votre cerveau réagisse en “exagérant” le message protecteur de douleur. Ceci peut même entraîner des tensions musculaires excessives, des irradiations similaires à une sciatique, ou encore des picotements et engourdissements. 

 

Si votre mal de dos perdure depuis plusieurs mois, je vous en conjure, n’espérez pas une guérison instantanée!

 

Irradiation de douleur

 

Où sont situées vos douleurs lombaires? Sont-elles localisées uniquement dans le bas du dos, ou sont-elles plutôt d’un côté (droit ou gauche)? Et surtout, est-ce qu’elles irradient dans une de vos jambes (de type sciatique ou cruralgie)? Si oui, il est important de déterminer si elles irradient uniquement jusqu’à la fesse, ou si elles descendent plutôt jusqu’au genou ou la cheville.

 

dame qui se plaint de douleur irradiant dans la jambe, et qui serait responsable de son mal de dos

 

Maintenant, expliquons en quoi la localisation de la douleur est importante, et peut affecter le pronostic. De manière générale, une douleur qui est davantage localisée dans la région du bas du dos constitue un meilleur pronostic (i.e. c’est normalement plus facile à traiter, et ça guérit plus vite). Quant aux douleurs qui irradient dans la jambe, on dit généralement que plus celles-ci descendent bas dans la jambe (par exemple jusqu’aux orteils contrairement à des irradiations jusqu’à la fesse seulement), moins le pronostic est favorable.

 

Facteurs psychosociaux

 

Lorsqu’on a mal au dos, on pense souvent que la cause se rapporte uniquement à nos muscles, ligaments, articulations ou disques. Mais il ne faut pas oublier que la douleur est un signal provenant du cerveau. Dans plusieurs cas, par exemple si on touche une casserole trop chaude, la douleur est très utile car elle empêche les tissus corporels de se blesser davantage. Tel que mentionné précédemment, il se peut que notre cerveau «exagère» la sensation de douleur ressentie lorsqu’il perçoit une menace omniprésente…et ce, même si la menace n’est pas réelle!!!

 

inc hypersensible et mal de dos

Pensez-y bien: avez-vous déjà entendu votre système d’alarme se déclencher à la maison pendant que vous cuisiniez paisiblement? Dans ce cas, votre système d’alarme a détecté un danger potentiel (le feu!) alors que vous étiez en contrôle de la situation (menace non réelle!). De la même façon, le cerveau (votre système d’alarme) peut envoyer un message de douleur à votre dos même si votre condition n’est pas aggravée, et vos tissus corporels non endommagés. Mais pourquoi?! La réponse est complexe et dépasse le cadre de ce guide. Retenez par contre ceci: La douleur est multifactorielle et comporte une importante composante émotive. La séparation des facteurs physiques et psychologiques pour expliquer les lombalgies est une erreur que plusieurs clients -et même certains thérapeutes- font.

 

atrophie du cerveau en présence de lombalgie chronique

 

 

Clarifions ici quelques concepts avant de continuer: Il est très important de comprendre que votre douleur est bel et bien RÉELLE. Je dis ça car plusieurs personnes ayant des problèmes de dos ne se sentent pas bien comprises. Lorsque j’explique le concept d’hypersensibilité du cerveau, certains clients le prennent comme une insulte et pensent que j’assume que leur douleur est «seulement dans leur tête»! En réalité, il y a fort probablement une composante mécanique à votre lombalgie.  Je dis seulement que les facteurs psychosociaux ont un RÔLE à jouer dans vos douleurs (et encore plus si elles sont chroniques)! En se concentrant uniquement sur le dos et les facteurs mécaniques, on peut rater une portion importante du problème. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas négliger notre état d’esprit, ainsi que nos émotions.

 

Saviez-vous que des pensées négatives telles que la peur, l’anxiété ou la catastrophisation sont fortement corrélées avec la douleur et l’incapacité? Par exemple, rappelez-vous d’une situation stressante au travail que vous avez vécu ces derniers temps: je vous garanti que vous avez senti votre dos plus tendu ou douloureux dans les jours qui ont suivi. 

 

 

stress fibromyalgie

 

Bref, il est essentiel de considérer ces facteurs psychosociaux dans la gestion du mal de dos, notamment car ils sont en grande partie responsables du délai de guérison chez plusieurs personnes! 

 

Niveau d’activité physique

 

Les bienfaits de l’exercices physiques ne sont plus à démontrer. D’ailleurs, de nombreuses études établissent des liens entre la sédentarité et le mal de dos. De même, certaines postures prolongées (comme un travail de bureau) peuvent être un préambule aux problèmes de dos. Dans cette optique, il est facile de concevoir qu’un individu sédentaire prendra plus de temps à guérir de son mal de dos. Au contraire, un individu généralement actif verra ses douleurs disparaître plus rapidement.

 

natation et mal de dos
Sans nécessairement être un athlète de haut niveau, un individu actif guérira probablement plus rapidement d’un épisode de lombalgie.

 

 

Un autre facteur à considérer est la kinésiophobie, c’est-à-dire la peur du mouvement. Même les gens normalement actifs évitent parfois de bouger après un épisode de lumbago, et repose leur dos en espérant que ça va diminuer leur douleur. NON! Malheureusement, comme les muscles s’affaiblissent et le dos s’enraidi davantage, c’est le contraire qu’on observe le plus souvent à long terme.

 

Ainsi, le niveau d’activité physique est relié au pronostic de guérison, et la solution demeure d’adopter une attitude proactive en tout temps.

 

Conclusion

 

Voilà! Vous comprenez désormais que le pronostic relié au mal de dos dépend de plusieurs facteurs, les plus importants étant mentionnés dans cet article. J’aimerai mettre en valeur que les deux derniers facteurs présentés (les facteurs psychosociaux et le niveau d’activité physique) sont des facteurs modifiables. Ceci veut dire que vous avez un rôle à jouer dans la modification de ces facteurs, et êtes ainsi capable de raccourcir votre temps de guérison. Il existe plusieurs stratégies permettant d’optimiser son état d’esprit (entre autres, la méditation et la respiration). De même, je vous exhorte à demeurer actif malgré la présence du mal de dos (évidemment, de manière sûre et progressive!). Également, j’aimerai souligner que votre mal de dos, aussi chronique soit-il, n’est pas pour autant intraitable. Il y a toujours quelque chose à faire pour aller mieux. 

 

Ne perdez pas espoir, et continuez de vous battre. Les professionnels de la santé sont également vos alliés dans votre combat contre le mal de dos!

 

 

Si vous souffrez d’une condition particulière (hernie discale, lumbago, blessure sportive, etc.), nous vous proposons des guides spécifiquement conçus pour vous aider à traiter vos symptômes et reprendre la vie que vous méritez. Rendez-vous dans la section GUIDES EN LIGNE.