Sténose spinale lombaire : Définition et prise en charge

Sténose spinale lombaire : Définition et prise en charge

Vous souffrez de douleurs intenses au bas du dos ? Ces douleurs s’aggravent-elles lors de la marche ? Si oui, vous souffrez probablement d’une sténose spinale lombaire, une condition qui correspond à un rétrécissement du canal lombaire engendrant une compression de la moelle épinière.

 

Dans cet article, retrouvez toutes les réponses aux questions concernant la sténose spinale lombaire, ses causes, sa présentation clinique ainsi que sa prise en charge thérapeutique.

 Petit aperçu sur l’anatomie du canal lombaire

 

Situé entre le rachis thoracique et les vertèbres sacro-coccygiennes, le rachis lombaire est fait de l’empilement de 5 vertèbres lombaires dénommées de L1 à L5.

 

rachis lombaire
Anatomie des vertèbres lombaires (L1-L5)

 

Les vertèbres lombaires sont mobiles et reliées entre elles par des disques intervertébraux, et des facettes articulaires dans leurs parties postérieures.

 

Chaque vertèbre possède en arrière un arc (arc postérieur), qui délimite avec les arcs des autres vertèbres un tunnel longitudinal appelé « canal rachidien ». L’appellation « canal lombaire » est attribuée au canal du rachis lombaire.

 

Le canal lombaire abrite en son sein la moelle épinière, et présente latéralement des trous (foramens) laissant passer des racines nerveuses (lombaires et sacrées) qui s’unissent entres elles pour donner naissance aux nerfs responsables de l’innervation des membres inférieurs.

 

 

Qu’est-ce que la sténose spinale lombaire ?

 

La sténose spinale lombaire est un syndrome (ensemble de symptômes) correspondant à une atteinte du rachis lombaire qui se caractérise par une réduction du diamètre de son canal lombaire.

 

Sténose lombaire
Source

 

Le rétrécissement du canal lombaire peut être secondaire à une compression directe ou indirecte de son contenu (moelle épinière et ses racines rachidiennes).

 

Cette compression résulte le plus souvent d’un faisceau de facteurs responsables de lésions neurologiques plus ou moins graves. Mais, dans certains cas, la compression est due à un canal lombaire naturellement étroit (canal lombaire constitutionnel).

 

D’un point de vue épidémiologique, cette affection est retrouvée davantage chez les sujets de plus de 50 ans. Ceci serait expliqué par le fait que l’arthrose lombaire soit la cause la plus fréquente de la sténose lombaire.

 

 

Les causes de la sténose spinale lombaire 

 

Plusieurs causes peuvent être à l’origine de la survenue d’un rétrécissement du canal lombaire. Si on se réfère aux types de sténoses, il en existe deux :

 

  • Sténose spinale lombaire constitutionnelle
  • Sténose spinale acquise

 

Sténose lombaire constitutionnelle

 

Tout comme le canal cervical, le canal lombaire peut être naturellement étroit chez certains individus. Il s’agit d’une malformation congénitale qui se présente dés la naissance.

 

Par exemple, ce cas est illustré par une forme de nanisme appelée « achondroplasie ».

 

Sténose lombaire acquise

 

Tel que mentionné, la cause la plus fréquente de la sténose lombaire acquise est l’arthrose.

 

C’est l’aboutissement d’un processus de vieillissement de la colonne vertébrale qui se voit notamment chez des personnes prédisposées à avoir une colonne vertébrale arthrosique.

 

Sur le plan physiopathologique, il s’agit d’une dégénérescence vertébrale qui se caractérise par la formation de lésions à type d’excroissances osseuses appelée « ostéophytes ». Ces dernières sont susceptibles de réduire le diamètre du canal et ainsi engendrer une sténose spinale.

 

D’autres affections acquises peuvent également causer une sténose spinale, notamment :

 

La hernie discale

 

Dans ce cas, le coupable derrière la sténose spinale est le disque intervertébral. Celui-ci se retrouve partiellement ou complétement déplacé hors de sa situation anatomique normale.

 

hernie discale
Source

 

Les personnes souffrant de sténose spinale liée à une hernie se plaignent généralement de lombalgies et de sciatalgies.

 

Le listhésis

 

Cette affection est capable de réduire le calibre du canal lombaire par glissement d’une vertèbre vers l’avant (spondylolisthésis) ou vers l’arrière (rétrolisthésis) par rapport à la vertèbre sous-jacente.

 

Le traumatisme

 

Le traumatisme peut induire une sténose lombaire par mécanisme direct. Il peut s’agir d’une chute d’une hauteur ou d’un accident de circulation qui peuvent entrainer des fractures vertébrales se terminant par l’atteinte du contenu du canal spinal.

 

Autres

 

  • Le cancer des os
  • Localisation osseuse secondaire d’une tumeur
  • Les spondylodiscites
  • Hypertrophie du ligament jaune
  • La maladie de Paget
  • L’ostéoporose

 

 

Comment reconnaitre une sténose spinale lombaire ?

 

Il est facile de concevoir qu’une maladie comme la sténose spinale lombaire est forcément responsable de symptômes alarmants, de par l’atteinte de la moelle épinière. Or, cela n’est pas toujours évident.

 

Il peut arriver que des personnes soit atteintes d’une sténose lombaire sans même manifester le moindre symptôme. Le plus souvent, ces personnes découvrent leur pathologie fortuitement.

 

Lorsqu’elle est symptomatique, le tableau clinique de la sténose lombaire est fait de :

 

  • Lombalgies ou douleurs lombaires

 

Ces douleurs peuvent avoir diverses causes, mais elles caractérisent généralement une atteinte des disques intervertébraux et des articulations d’origine arthrosique. Elles sont d’intensité variable (légères, modérées ou sévères) et évoluent progressivement avec le vieillissement.

 

  • Radiculalgies

 

Résultent d’une compression des racines nerveuses émanant de part et d’autre de la moelle épinière. Elles peuvent se manifester par des sciatalgies, cruralgies ou radiculalgies selon la localisation de la compression.

 

Dépendamment du degré de compression et du stade évolutif, d’autres symptômes peuvent faire évoquer la sténose lombaire, comme :

 

 

 

La démarche diagnostique

 

Le recours à l’imagerie médicale est indispensable, notamment pour pouvoir différencier ses diverses causes, mais aussi pour documenter une sténose asymptomatique.

 

En pratique, l’imagerie médicale doit comprendre :

 

  • Une radiographie standard du rachis lombaire 

 

Grace aux clichés face et profil et dynamiques, la radiographie permet, d’une part, de confirmer la présence du rétrécissement par la mise en évidence d’une arthrose ou d’un éventuel spondylolisthésis. D’autre part, elle permet de poser un éventuel diagnostic différentiel devant la présence de radiculalgies.

 

  • Une imagerie par résonance magnétique (IRM) ou parfois Scanner

 

IRM médullaire
IRM médullaire montrant une sténose spinale lombaire secondaire à une hernie discale

 

Concrètement, ces deux examens complémentaires sont indiqués pour :

 

  • Déceler l’origine des douleurs persistantes et rebelles au traitement antalgique
  • Évaluer l’intégrité de la moelle épinière et ses racines nerveuses ainsi que des disques intervertébraux, et compléter par un bilan des structures intactes.
  • Considérer une intervention chirurgicale (systématique dans ce cas).

 

 

Prise en charge thérapeutique

 

De manière générale, le choix du traitement dépend du stade évolutif de la maladie ainsi que de l’importance de ses symptômes cliniques.

 

Ainsi, au début le médecin opte pour des méthodes non invasives (médicaments, traitements naturels, etc.), et si ces dernières s’avèrent insuffisantes ou inefficaces, il procédera à des méthodes invasives telle que la chirurgie.

 

Le traitement médical

 

Il est évident que ce type de traitement ne permet pas une guérison définitive de la sténose lombaire, mais la plupart des approches médicales ont prouvé leur efficacité, notamment pour soulager les douleurs et améliorer la qualité de vie des patients.

 

Ce volet thérapeutique peut comprendre entre autres :

 

  • La médication

 

antibiothérapie
Source

 

Habituellement, les médecins préconisent des antalgiques à type de paracétamol, aspirine, AINS, corticoïdes, myorelaxants, etc.

 

Le port de corset

 

corset lombaire attelle Sténose spinale lombaire 
Source

 

Ce traitement est indiqué essentiellement dans les sténoses d’origine traumatique ou liées à un spondylolisthésis. Il est aussi préconisé pour les personnes pratiquant des activités impliquant un effort physique important.

 

La kinésithérapie (physiothérapie)

 

ostéopathie pour le dos
Source

 

En complément du traitement médicamenteux, la kinésithérapie (physiothérapie) donne de très bons résultats dans la prise en charge de la sténose spinale lombaire.

 

Elle propose des exercices variés qui visent à diminuer l’intensité des douleurs et à renforcer la musculature du dos.

 

Le traitement chirurgical 

 

Vous l’aurez compris, seule la chirurgie permet de corriger définitivement le problème de la sténose lombaire. Toutefois, elle n’est indiquée qu’en cas de non réponse au traitement conservateur ou d’emblée en cas d’urgence.

 

chirurgie de compression médullaire
Source

 

En pratique, l’acte chirurgical consiste à libérer la moelle épinière en procédant à des techniques chirurgicales spécifiques et parfois délicates. À titre illustratif, on peut citer :

 

  • La laminectomie ou libération chirurgicale des lames osseuses comprimant la moelle.
  • L’arthrodèse lombaire postérieure: qui a pour but de rigidifier le rachis en reliant les vertèbres lésées au moyen de vis et de tiges dont la taille dépend du bilan radiologique.

 

Un corset lombaire est souvent prescrit par le chirurgien pendant une durée de 3 mois, pour accélérer la guérison et prévenir les complications post-opératoires.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article...

Suivez-nous sur Youtube et Facebook

Navré que vous n'ayez pu trouver réponse à vos questions !

Aidez-nous à améliorer cet article !

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?