Débord discal : Que faire ? (causes et traitement)

Débord discal : Que faire ? (causes et traitement)

Le débord discal est une forme courante de détérioration du disque intervertébral. Il peut causer des douleurs au cou et au dos. Comment reconnaître le débord discal ? Quelles sont ses causes ? Quels sont les traitements possibles pour le soigner ? Découvrez toutes les réponses dans cet article.

Qu’est-ce que le débord discal : définition et anatomie

 

Le débord discal, également appelé protrusion discale est une affection de la colonne vertébrale qui correspond au débordement du disque intervertébral en dehors de son logement.

 

Pour rappel, la colonne vertébrale est constituée de 33 vertèbres dont :

 

  • 24 vertèbres mobiles : 7 vertèbres cervicales, 12 vertèbres thoraciques, 5 vertèbres lombaires ;
  • et 9 vertèbres soudées : 5 vertèbres sacrales (sacrum) et 4 vertèbres coccygiennes (coccyx).

 

 

Entre les vertèbres se trouvent des disques intervertébraux (DIV). Chacun se compose d’un anneau fibreux avec un noyau gélatineux au centre.

 

Les rôles des disques intervertébraux consistent à amortir les tensions que subissent les vertèbres pendant la marche, les sauts, les ports ou les soulèvements d’objets…

 

Différence entre le débord discal et la hernie discale

 

Avec l’âge, toutes les parties du corps changent, y compris les composants de la colonne vertébrale. Les disques se déshydratent et perdent de leur élasticité. Cela fragilise le disque et le rend plus vulnérable. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle notre taille diminue en vieillissant.

 

Tout d’abord, on observe un affaiblissement naturel puis un débord discal. Ce dernier se produit notamment à la suite de l’écrasement du disque intervertébral. Son noyau commence ainsi à s’excentrer dans la colonne vertébrale. Parfois, les saillies peuvent même s’étendre tout autour de la circonférence du disque. On parle alors de débord discal circonférentiel.

 

Au fur et à mesure que le disque se détériore, il devient bombé. Le noyau interne du disque se déplace plus loin autour de la circonférence du disque au-delà de ses paramètres normaux. Il pousse alors la couche externe du disque, appelée anneau fibreux, créant un renflement. On dit qu’un disque bombé implique plus de la moitié (plus de 180 degrés) de la circonférence du disque.

 

Enfin, la dernière étape est la déchirure de la paroi externe du disque. Elle provoque l’écoulement du noyau gélatineux qui va entraîner une irritation (ou compression) au niveau des nerfs rachidiens et de la moelle épinière. C’est ce qu’on appelle la hernie discale.

 

Pour tout savoir sur la hernie discale, consultez l’article suivant.

 

Il est important de se rappeler que les médecins peuvent utiliser des termes comme disque bombé, protrusion discale et hernie discale protrusive de manière interchangeable. Vous pouvez donc demander des éclaircissements si ces termes sont discutés lors de votre diagnostic.

 

Débord discal cervical

 

Au sein de la colonne vertébrale, la section cervicale (le cou, également appelé rachis cervical) de la colonne vertébrale supporte le poids de votre tête. Elle permet de pencher la tête en avant et en arrière, d’un côté à l’autre, et de pivoter à 180 degrés en rotation.

 

Un débord discal cervical survient lorsque le matériau du disque touche ou comprime un nerf spinal. Il se caractérise par des douleurs au cou ou aux bras, associé parfois à des engourdissements ou des picotements.

 

Débord discal lombaire

 

Un débord discal survient le plus souvent dans le bas du dos, au niveau des vertèbres lombaires. On l’appelle parfois disque bombé, saillant, rompu ou tout simplement débord discal lombaire. C’est l’une des causes les plus courantes de douleurs au bas du dos ainsi que de douleurs aux jambes ou de « sciatique ».

 

 

Symptômes et diagnostic du débord discal

 

Douleur dans la région cervicale (cou)

 

Si un disque en saillie irrite les nerfs de la région du cou, vous pouvez ressentir cette douleur dans le cou lui-même. Mais on peut également ressentir :

 

  • des douleurs vers les bras, les épaules, entre les omoplates, et même jusqu’à vos mains et vos doigts ;
  • une perte de sensations avec des sensations d’épingles et d’aiguilles ;
  • des muscles faibles dans le bras, l’épaule et la main ;
  • une raideur articulaire et une perte de mobilité cervicale.

 

Douleur dans la région thoracique (milieu du dos)

 

Un débord discal n’affecte généralement pas la région thoracique. Cependant, lorsque cela se produit, un disque saillant, bombé ou hernié peut comprimer les racines nerveuses voisines ou même la moelle épinière elle-même. On parle alors de hernie dorsale.

 

La compression de la moelle épinière est une urgence médicale qui peut entraîner des symptômes beaucoup plus graves tels que :

 

  • la paraplégie ;
  • l’incontinence intestinale ou vésicale.

 

La compression de la racine nerveuse peut provoquer une gamme de symptômes similaires à ceux de la sciatique. Les symptômes peuvent inclure :

 

  • douleur dans le torse,
  • douleur dans les jambes,
  • les épingles et les aiguilles dans les jambes,
  • l’engourdissement des pieds et orteils.

 

Douleur dans la région lombaire (bas du dos)

 

Lorsqu’un disque en saillie empiète sur les nerfs dans la région du bas du dos, il est communément appelé sciatique. Les symptômes de la sciatique peuvent provoquer :

 

  • des douleurs dans le bas du dos ;
  • douleur du dos vers les jambes, les fesses, la cuisse, le mollet et les pieds ;
  • des épingles et des aiguilles et un engourdissement ;
  • une raideur articulaire et une perte de moibilité lombaire.

 

La douleur à la jambe est souvent plus intense que la douleur au dos et peut s’aggraver lorsque vous êtes assis pendant de longs moments ou lors de longues promenades. S’allonger soulage souvent la douleur.

 

Un débord discal inhabituellement important peut comprimer la queue de cheval : un groupe de racines nerveuses juste en dessous de la terminaison de la moelle épinière. Cette affection appelée syndrome de la queue de cheval, bien que rare, est très grave et nécessite des soins médicaux immédiats.

 

Diagnostiquer correctement un disque en saillie repose sur des antécédents médicaux détaillés. Aussi, les médecins accordent une très grande attention aux symptômes, car ils jouent un rôle essentiel dans le diagnostic. Après une étude détaillée des signes, une enquête plus approfondie telle qu’une IRM ou une tomodensitométrie peut s’avérer nécessaire pour confirmer le diagnostic du débord discal.

 

 

Les causes courantes d’un débord discal

 

Discopathie dégénérative

 

Une condition associée à la spondylose, la plupart des disques saillants sont associés à des conditions dégénératives qui surviennent naturellement avec l’âge. Ceux-là laissent les disques plus sujets aux dommages et à la hernie pour les raisons suivantes  :

 

  • les os commencent à perdre de leur densité ;
  • les tissus mous se déshydratent et perdent leur teneur en eau et leur élasticité (les muscles, les tendons, les ligaments et les disques intervertébraux)

 

Pour tout savoir sur la discopathie dégénérative et sa prise en charge, consultez l’article suivant.

 

Mauvaise posture et mouvements répétitifs

 

Sur une longue période, une mauvaise posture peut contribuer à une variété de plaintes liées à la douleur, y compris des dommages aux disques intervertébraux. Ces conditions concernent :

 

  • les longues périodes en position assise: les emplois de bureau ou la conduite régulière sur de longues distances ;
  • les mouvements répétitifs comme soulever continuellement des objets lourds ;
  • les exercices intenses tels que l’haltérophilie mal exécuté, etc.

 

Traumatisme ou blessure

 

Les blessures causées par un accident peuvent aussi rompre ou fracturer les vertèbres. Cela conduit généralement à l’endommagement des disques les faisant saillir ou entraînant une hernie ou un débord discal.

 

Obésité

 

Un excès de poids extrême peut mettre à rude épreuve tout le corps, y compris les disques intervertébraux.

 

 

Comment traiter le débord discal ?

 

Traitement conservateur

 

Le traitement conservateur est généralement la première étape dans la prise en charge d’un débord discal, car les symptômes s’améliorent généralement en quelques semaines. Le traitement conservateur implique une combinaison d’analgésiques, de kinésithérapie (physiothérapie), de repos au lit si nécessaire. À ceux-là s’ajoute tout traitement psychologique cognitif qui peut être nécessaire pour vous aider à faire face aux douleurs et à adapter votre mode de vie en conséquence.

 

Traitements alternatifs

 

Bien qu’ils ne soient pas supportés par des évidences scientifiques solides, plusieurs traitements alternatifs sont utilisés pour soulager les symptômes et traiter le débord discale. Parmi les modalités utilisées, on compte :

 

 

Cliniques de gestion de la douleur

 

Il s’agit d’une équipe multidisciplinaire de professionnels de santé en gestion de la douleur spécialisés dans les affections associées à la douleur chronique. L’équipe comprend généralement les intervenants suivants :

 

  • des consultants en gestion de la douleur ;
  • des kinésithérapeutes (physiothérapeutes) ;
  • des chirurgiens ;
  • des psychologues ;
  • et autres professionnels de la santé.

 

Ils travaillent ensemble pour concevoir un programme individuel adapté aux différents besoins des patients. Avec l’utilisation combinée d’analgésiques, de physiothérapie, de soutien psychologique et de chirurgie si nécessaire, les cliniques de gestion de la douleur peuvent non seulement aider à améliorer les symptômes, mais aussi aider le patient à s’adapter à son mode de vie. C’est important pour l’aider à faire face aux effets de la douleur chronique et pour l’encourager à adopter et maintenir un mode de vie actif et sain.

 

Chirurgie

 

Si les symptômes persistent plus longtemps et que les traitements conservateurs n’ont pas réussi à améliorer les symptômes, certains des éléments suivants peuvent être une option :

 

  • la chirurgie de fusion discale (arthrodèse lombaire);
  • la microdiscectomie : pour enlever le matériel discal en saillie ;
  • le remplacement prothétique du disque intervertébral (prothèse discale) peut être utilisé dans certains cas comme dans le traitement de la discopathie dégénérative ;
  • la chirurgie ouverte conventionnelle.

 

Il faut noter que la chirurgie est rarement indiquée en cas de débord discale. En effet, on y recours davantage lorsque la saillie discale est plus importante, et provoque des symptômes neurologiques significatifs (comme en présence de hernie discale symptomatique).

 

D’ailleurs, il n’y a aucune garantie de succès de la chirurgie et il y a aussi les risques associés impliqués. Ceux-ci seront discutés avec le médecin traitant.

 

 

Sources

 

http://195.162.164.191/WebIrs3/RTF/2006%20B%206%20HERNIES%20DISCALES%20ATYPIQUES.PDF

https://www.santemagazine.fr/sante/maladies/maladies-des-os-et-des-articulations/mal-de-dos/quelles-nouvelles-techniques-pour-soigner-une-hernie-discale-431432

https://www.lesmauxdedos.com/blog/debord-discal-definition-traitement/

https://www.doctissimo.fr/sante/mal-de-dos/mal-de-dos-la-maladie-du-siecle/fissure-discale